Expositions temporaires


 

Van den Abeele en rage

 

29.09.2018

27.02.2019

 

 

 

Au cours des années 1976 et 1977, la dépression qui affecte Remy Van den Abeele se lit particulièrement dans ses toiles.

Celles-ci se font le réceptacle de ce qui bouillonne en lui. C’est aussi un moment de rupture professionnelle et une charnière dans son développement artistique. Les images sont extrêmement construites, révélant un degré très variable de mécontentement, de la simple critique à la colère.
Cette époque est également marquée par une qualité picturale particulièrement élevée.

Or, aussi étonnant que cela puisse paraître, ce niveau artistique est atteint au moment où le peintre s’est senti le plus mal et la exprimé le plus visiblement, comme si ce mal-être avait été converti en concentration extrême dans l’exécution des toiles.

 

 

Dans ses œuvres de 1976-1977, il met au jour l’intérêt qu’il porte au travail d’artistes contemporains et à l’histoire de l’art du XXe siècle. Son regard sur l’évolution des arts plastiques est tantôt critique, tantôt acerbe.
Ne se complaisant pas dans une simple position de jugement, il propose sa vision personnelle.

 

 

 

Prochainement

 

Van den Abeele et Delcol – Remy versus Roland

Du 30 mars au 31 août 2019