Collections régionales


La Famenne, région tant appréciée mais si méconnue, a son musée.

 

Il est abrité dans l’élégante aile XVIIIe siècle de la Maison Jadot. Dans ce décor authentique et chaleureux, découvrez l’histoire de ceux qui ont occupé ce terroir depuis le Moyen Âge jusqu’au XXe siècle.

Les collections régionales du Musée de la Famenne mènent le visiteur de l’époque mérovingienne à la Belle-époque. Elles relèvent du domaine de l’archéologie, de l’ethnologie, des arts et de l’artisanat. Se déployant sur trois niveaux, le parcours de visite permet de découvrir les décors anciens des différentes pièces de la demeure.

Une remarquable collection d’objets (bijoux, verres, armes…) issue de deux cimetières mérovingiens et d’un dépotoir carolingien de la région vous immergera dans cet univers franc méconnu.

Fibule discoïde

 

À l’étage, la salle consacrée au Moyen Age vous invite à poursuivre votre voyage au cœur de la Famenne et de ses trésors à travers le temps. Cité fortifiée, couleuvrine, arbalète, chaussures en cuir, biberon… ne manqueront pas de vous fasciner.

 

Salle Moyen Age

 

 

Le Maître de Waha, un des représentants les plus savoureux de la sculpture gothique tardive, est particulièrement mis à l’honneur. En 2017, une statue de saint Corneille a été acquise et complète désormais la collection.

Saint Corneille, attribuée au Maître de Waha

 

Après avoir découvert l’histoire du Site du monument qui attirait les pèlerins en quête d’incroyables miracles, vous serez frappés par les heurs et malheurs qui ont secoué les populations au XVIIe. Vous aurez également l’occasion d’admirer l’exceptionnel triptyque provenant de l’église Sainte-Catherine de Chavanne et qui constitue la première représentation de personnages laïcs en Famenne.

 

Triptyque de Chavanne

 

Dans les combles, un espace est consacré au marbre de la Calestienne et à ses utilisations, ainsi qu’à un menuisier renommé du nom de Chignesse et à l’artisanat dentellier local.

 

Encrier en marbre de Saint-Rémy

 

Des photographies du début du XXe siècle ne manqueront pas d’attirer votre regard. Sauvés de la destruction, ces clichés sont autant d’instantanés de la vie quotidienne, notamment sous l’occupation allemande, à Marche et ses environs.

 

 

 

L’un des attraits de la région repose sur ses paysages, dont la variété a attiré nombre de peintres. Découvrez les réalisations André Hallet, Oswald Poreau, Alfred Martin…mais aussi des plus contemporains Yves Piedboeuf et Charles-Henry Sommelette.

André Hallet, Pont de Hamoir

 

Le projet photographique de Marie-France Lesage, consacré aux portraits des habitants de son village d’Aisne, clôt ce parcours.